|   Presse | Actualités|

Les acteurs de la sous-région ouest africaine à l’école du CNS-Maïs


Dans le cadre de son évolution de Centre National de Spécialisation (CNS) vers un Centre Régional d’Excellence (CRE), le Centre National de Spécialisation sur le Maïs (CNS-Maïs) a organisé du 02 au 11 octobre 2017,  à son siège à Niaouli, un atelier de formation des chercheurs et assistants de recherche de la sous-région ouest africaine. La formation qui a porté sur l’utilisation des microorganismes du sol pour accroître la productivité agricole tout en améliorant la santé des sols a connu la participation de 26 acteurs venant des 13 pays mettant œuvre le PPAAO à raison de deux (02) personnes par pays PPAAO. Ce sont notamment des ingénieurs agronomes et des titulaires d’un Master en Agronomie ou en Sciences Naturelles, avec une préférence pour l’option Sciences du sol..

 

Le renforcement des capacités des acteurs occupe une place prépondérante dans le Programme de Productivité Agricole en Afrique de l’Ouest (PPAAO), mis en œuvre avec l’appui de la Banque Mondiale et sous la coordination régionale du Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles (CORAF/WECARD). Ceci se justifie par le fait que la génération et la diffusion d’innovations technologiques agricoles ainsi que leur adoption par les producteurs pour améliorer la productivité et la compétitivité des filières prioritaires, repose en grande partie sur la compétence des acteurs du secteur agricole, en général, et de la recherche-développement, en particulier.

Par ailleurs, le CNS-Maïs, dans le cadre de son évolution de Centre National de Spécialisation (CNS) vers un Centre Régional d’Excellence (CRE), doit prendre en compte la régionalité, notamment à travers le renforcement des capacités des acteurs puis la génération et la valorisation des résultats de recherche. C’est ce qui justifie que cette formation soit dirigée principalement vers les acteurs de la sous-région.

 

Le CNS-Maïs dans le cadre de ses programmes de recherche a prouvé CNS-Maïs a prouvé que les champignons mycorhizes à arbuscules Glomus cubens et Rhizophagus intraradices permettent de réduire de 50% la dose recommandée d’engrais minéraux NPK pour l’obtention des mêmes rendements tout en améliorant la santé du sol cultivé. Il s’avère donc important de partager ce résultat avec les acteurs de la sous-région par un renforcement de capacités des chercheurs et des assistants de recherche de la sous-région ouest africaine sur l’utilisation des microorganismes du sol pour une meilleure  production agricole.

Il s’agit surtout de susciter la recherche sur l’utilisation des microorganismes du sol pour accroître la productivité agricole tout en améliorant la santé du sol dans la zone PPAAO.

La formation s’est déroulée selon une approche participative et multidisciplinaire sur une base pratique à travers des phases théoriques et pratiques notamment des exposés et travaux dirigés en groupes suivis de travaux pratiques.

Des formateurs avérés dans le domaine, à savoir Dr Adolphe Adjanohoun, Directeur du CNS-Maïs et Dr Dagbenonbakin de l’INRAB, Prof Baba-Moussa, Dr Aliou et Dr Toukourou de la Faculté des Sciences et Techniques de l’Université d’Abomey Calavi (FAST/UAC) se sont chargés de transmettre les connaissances aux apprenants. Des études de cas ont été réalisées en groupes en vue de simuler des expériences vécues, en appui aux notions théoriques.

Les phases théoriques en salle permettront aux apprenants d’acquérir les notions sur les thématiques suivantes:

˗   Le sol et la fertilité du sol

˗   Les microorganismes du sol (bactéries, actinomycètes et  champignons)

˗   Influences des microorganismes sur le cycle du carbone, de l’azote et du phosphore dans le sol.

˗   Formation et décomposition de la matière organique dans le sol

˗   Relations entre les microorganismes du sol et les plantes

˗   Utilisation des champignons mychoriziens pour accroître la productivité agricole

Les phases pratiques auront permis aux apprenants d’apprendre à piéger les champignons mychoriziens au champ et d’apprendre à évaluer au laboratoire les paramètres de mycorhisation des racines des plants.

Les sessions théoriques et les travaux pratiques au champ se sont déroulés au siège du CNS-Maïs à Niaouli dans la Commune d’Allada, à environ 70 km de Cotonou. Les sessions théoriques de travaux de laboratoire ont eu cours au Laboratoire de Biologie et de Typage Moléculaire en Microbiologie de la Faculté des Sciences et Techniques de l’Université d’Abomey-Calavi.